Personnes âgées : si nous passions à une stratégie de limitation des risques.

Personnes âgées : si nous passions à une stratégie de limitation des risques.

17 avril 2016 - 11 h 02 min
0 Comments

La iatrogénie chez la personne âgée est une réalité malheureusement bien trop fréquente. Bien évidemment, les personnes âgées souffrent de nombreuses pathologies et doivent être traitées en conséquence, mais…

Il est étonnant que nous entendions à l’envi les bienfaits de l’observance, alors que même cette observance est parfois néfaste à la qualité de vie voire de survie des patients âgés. Ces derniers sont certainement les personnes les plus «?observantes?», puisqu’historiquement elles ont vécu l’absence de soins et le miracle de l’avènement de la Sécurité Sociale.

La gériatrie nous apprend que les personnes âgées sont d’autant plus sensibles aux médicaments qu’ils souffrent d’une insuffisance rénale et hépatique. Il est très étonnant de constater que les doses prescrites sont parfois supérieures à celles d’un patient de moins de 65 ans. Il est étonnant, de constater des prescriptions longues alors que nos ainées sont d’autant plus fragiles aux effets indésirables des médicaments et que selon la littérature dépasser 3 médicaments les effets indésirables potentiels sont incontrôlables.

La prescription de benzodiazépines et d’hypnotiques chez la personne âgée est un problème majeur. D’après le Frédéric Limosin* (psychiatre, Hôpital Corentin Celton, Issy les Moulineaux) 75 % des patients en institution sont traités par cette classe thérapeutique.

Les effets de ces molécules sur la mémoire et le risque de chute et semble-t-il sur le renforcement de risque de survenu de démence devrait limiter leur usage?; d’autant plus que la littérature considère qu’elles n’ont d’intérêt que sur des durées courtes et pour traiter des troubles de l’anxiété.

Il est aussi difficile d’imaginer ce qu’il faudrait mettre en œuvre pour réinstaurer une vraie qualité de vie pour les personnes de plus 80 ans. Nous assistons tous à l’émergence d’une population de personnes entre 70 et 80 ans en excellente santé et toujours en activité. Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt des personnes âgées qui désespèrent de devoir continuer à vivre pour vivre. Comme le dit Woody Allen : «?L’éternité c’est long surtout vers la fin?». Cet ennui de la vie dépasse bien évidemment la prise d’un anxiolytique et demanderait à réactiver les notions de plaisir et d’intérêt. Des études du groupe Korian semblent faire apparaître une diminution de la consommation des antalgiques et des anxiolytiques chez les personnes en institutions lorsqu’on leur propose les moyens de retrouver du plaisir. Il est donc urgent de dépasser le diktat économique du coût de personnel et de réaffecter celui-ci à des tâches plus valorisantes.code

La dernière recommandation de la HAS portant sur le traitement du diabète de type 2 est un exemple de la prise en compte de la fragilité des personnes âgées. La notion de durée de vie estimée n’est pas un appel à la mort, mais un critère d’appréciation des avantages-inconvénients d’un traitement. Il est vraisemblable que la prévention et le traitement en amont du diabète de type 2 ont plus davantage qu’un traitement intensif institué lorsque la maladie s’est installée. Il est aussi indéniable qu’il faut sauvegarder le patient des complications inéluctables du diabète. L’enjeu est majeur, mais la mise en œuvre des moyens est complexe et nécessite des changements importants de la mentalité et des comportements des… acteurs de soins.

La devise du patient au centre prend alors toute sa mesure. Nous devons tous passer de la tentation du «?je sais, ce qui est bon pour vous?» à «?comment avez-vous choisi de vivre, ou qu’avez-vous décidé de faire???». Il faut ajouter de la vie aux années et non pas des années à la vie. C’est à cette intention que la première urgence est de favoriser l’autonomie des personnes âgées et leur liberté de choix. Il est certainement nécessaire de passer d’une stratégie de traitement à une stratégie de limitation des risques. Cela passe par une identification de ces derniers et de leurs caractères iatrogènes.

 

 

 

  • L’Encéphale 2016
Next Post Previous Post

Your email address will not be published.

La-lettre-du-CVAO-octobre-1
Le CVAO vous propose sa lettre d'information gratuite.

JE M'INSCRIS
recommandations
Le CVAO est une association dont les recommandations sont à la disposition des seuls acteurs de soins et des étudiants des professions de santé.

DEMANDER UN ACCÈS
WE-WANT-YOU
Le CVAO a besoin des expériences de tous les acteurs de soins.

ADHÉRER AU CVAO