Consommation d’alcool

Consommation d’alcool

3 novembre 2015 - 18 h 33 min
0 Comments

Il est trop peu connu que la consommation d’alcool à risque est très rapidement atteinte. Entre 18 et 75 ans, on estime que 9 % de la population prend un risque chronique avec sa consommation d’alcool et malheureusement la consommation excessive d’alcool se retrouve chez 14 % de la population des 18-25 ans (source OFDT). Une prise de conscience de sa consommation est un pas vers la diminution de celle-ci. Quelle peut être la place du pharmacien dans ce travail de prévention et de détection ?

Les risques de dommages liés à la consommation d’alcool augmentent globalement avec les quantités d’alcool consommées, qu’elles soient absorbées tous les jours ou, par exemple, lors d’une ou deux occasions dans la semaine. Les risques de maladie encourus sont ainsi au moins équivalents que l’on boive 4 unités d'alcool chaque jour ou 28 en une semaine.

Lors du colloque organisé en 2014 par le CVAO, il a été proposé les objectifs suivants.

Le grand public doit être sensibilisé à l’importance d’évaluer sa consommation d’alcool et d’en déterminer par lui-même les actions nécessaires pour en limiter les risques.

Les acteurs de santé référant sont habilités à apporter ces informations.

Les méthodes de communication entre acteur de soin et client-patient sont à repenser pour favoriser l’implication réelle et efficace des acteurs de soins dans une relation simplifié et efficace. Les méthodes d’intervention brève apparaissent aujourd’hui comme une réponse à ce défi.

La cohérence des actions entre acteurs de soin au bénéfice du client-patient doit être la conséquence d’une réflexion puis de la création de méthodes d’accompagnement validées et protocolisées.

Le pharmacien est légitime à aborder le sujet de l’alcool avec son client puisque alcool et médicaments sont incompatibles ou que les effets de l’alcool dégradent l’efficacité du traitement ou l’état de santé du patient. En pratique, il apparaît au membre de l’équipe officinal difficile d’aborder le sujet. C’est à cette fin que le CVAO propose une recommandation destinée à l’équipe officinale afin qu’elle puisse à son rythme aborder avec leurs clients en utilisant l' intervention brève la consommation d'alcool.

 

Agir contre ma consommation excessive d’alcool

49 000 morts par an des conséquences d’une consommation d’alcool à risque

L’alcool reste après la cigarette la deuxième cause d’intoxication mortelle. Rappelons qu’une consommation excessive commence à partir de plus de 3 unités d’alcool par jour pour les hommes et 2 pour les femmes et qu’en cas de grossesse toute consommation d’alcool est déconseillée.

* Source:  OFDT

 

Next Post Previous Post

Your email address will not be published.

La-lettre-du-CVAO-octobre-1
Le CVAO vous propose sa lettre d'information gratuite.

JE M'INSCRIS
recommandations
Le CVAO est une association dont les recommandations sont à la disposition des seuls acteurs de soins et des étudiants des professions de santé.

DEMANDER UN ACCÈS
WE-WANT-YOU
Le CVAO a besoin des expériences de tous les acteurs de soins.

ADHÉRER AU CVAO