Bilan de médication : les atouts du pharmacien de ville

Bilan de médication : les atouts du pharmacien de ville

9 février 2018 - 19 h 11 min
0 Comments

Beaucoup de pharmaciens sont dubitatifs sur la mise en œuvre du bilan de médication. Ils imaginent qu’il s’agit d’une action complexe et chronophage. Ils estiment que le pharmacien de ville n’a pas sa place. Rien n’est plus faux !

La place du pharmacien

Le pharmacien est l’acteur de soin le plus facilement accessible. Ces conseils sont souvent reconnus pour leur pragmatisme. Il est en relation constante avec une diversité de patients. Il connaît leur environnement puisqu’il y vit.

Ces atouts uniques lui donnent la possibilité d’accompagner ses patients et de résoudre avec eux tous les problèmes liés à la bonne utilisation de leurs traitements prescrits ou non prescrits. Il a la plupart du temps connaissance de ce que fait ou prend le patient pour sa santé. Il a donc la compétence de créer un lien spécifique et utile avec des patients en demande d’accompagnement qui souhaitent rester par exemple chez eux.

Les spécificités du bilan de médication

Le bilan de médication a des caractéristiques spécifiques qui le différencient de la conciliation médicamenteuse hospitalière. Il s’intéresse plus à l’utilisation que fait réellement le patient de son traitement et de ce que prend le patient pour sa santé. Il recherche à définir les habitudes et conditions de vie du patient. Il définit les moyens d’adapter le traitement à la vie du patient.

Le bilan de médication s’établit bien plus sur une écoute attentive et bienveillante, que sur un savoir abstrait. Il cherche à déterminer ce que fait, pense et sait le patient.

Un acte adapté à l’officine

De par sa proximité, le pharmacien de ville est à même de pouvoir accompagner au quotidien son patient et de déterminer finement ce qu’il pourra mettre en œuvre pour améliorer l’utilisation de son médicament. Le bilan de médication est le début d’un processus d’accompagnement qui se jouera au jour le jour dans un suivi de petites mesures utiles à la construction d’une amélioration efficiente.

Le pharmacien de ville de par sa connaissance étroite de l’histoire de la thérapeutique est d’autant plus capable de prendre en compte toutes les complexités de la mise en œuvre d’un traitement. Il est souvent le témoin de certaines détresses ou incompréhensions que seule la fréquentation constante du patient peut donner à voir.

Pour le patient, l’officinal bénéficie de l’immense atout de la proximité et de la connaissance de l’officine. De plus, il choisit et décide qui sera son interlocuteur. Cette familiarité est essentielle à la découverte par exemple d’un usage inadéquat. L’affect en relation avec la prise du médicament pourra donc plus facilement s’exprimer.

L’adhésion au traitement est loin d’être seulement un acte rationnel. Il procède beaucoup plus souvent de représentations et d’imaginaire. En connaître les mécanismes est le prérequis à une amélioration de l’utilisation des traitements.

Le pharmacien sait bien qu’il ne s’agit pas d’éduquer le patient, mais de l’aider à mieux comprendre et accepter son traitement et pour cela la proximité est un atout et la relation humaine une nécessité.

 

Next Post Previous Post

Comments are closed.

La-lettre-du-CVAO-octobre-1
Le CVAO vous propose sa lettre d'information gratuite.

JE M'INSCRIS
recommandations
Le CVAO est une association dont les recommandations sont à la disposition des seuls acteurs de soins et des étudiants des professions de santé.

DEMANDER UN ACCÈS
WE-WANT-YOU
Le CVAO a besoin des expériences de tous les acteurs de soins.

ADHÉRER AU CVAO