Une vision prospective de l’officine

Une vision prospective de l’officine

12 février 2017 - 16 h 59 min
0 Comments

L’idée que l’on peut se faire de l’avenir de la pratique officinale doit se fonder sur les réalités macro et micro économiques.

Des faits incontestables

La population française vieillit. Les maladies chroniques sont de plus en plus nombreuses (20 millions de personnes). Une personne sur six bénéficie d’un ALD. Les ALD représentent 60 % des dépenses maladie.

La croissance du PIB est de 1,1 %, celle de l’Odam de 2,1 %. L’état affecte donc un bonus aux dépenses de santé en considérant qu’il s’agit d’une priorité nationale. Toutefois, selon les experts l’accroissement naturel des dépenses de santé avoisine les 5 %. Chaque année, il est indispensable de trouver entre 2,5 et 3 % d’économies.

18 % des dépenses sont consacrées aux remboursements des médicaments. La baisse drastique des prix de ces derniers s’est accélérée depuis maintenant plus de cinq ans et se maintient. 45 % des dépenses sont affectées aux soins hospitaliers public et privé.

Des orientations claires et définies

Les différentes LFSS (Loi de financement de la sécurité sociale) font supporter la majeure partie des économies sur les médicaments les plus anciens et cela pour deux raisons majeures.

La première est la simplicité. L’absence de vignette rend la mise en œuvre de ces baisses de prix de moins en moins complexe. Le rapport de force s’établit entre les pouvoirs publics et les industrielles, c’est-à-dire entre le « client – payeur » et le vendeur. La seconde est de favoriser l’innovation thérapeutique sans dérapage des dépenses.

Il est pourtant injuste de faire croire que l’hôpital public ou privé ne porte pas une partie des économies. La réforme de tarification à l’activité (T2A) permet une meilleure gouvernance des dépenses et l’orientation des soins vers toujours plus d’interventions en ambulatoire diminuent les coûts de prise en charge. Pour autant ces réformes et orientations se heurtent à la lourdeur d’un système dont l’héritage immobilier et structurel est lourd et couteux.

Prospective officineCliquer pour visionner ...

Des patients différents

Le vieillissement de la population a des conséquences sur l’état de santé des personnes. Une personne âgée est plus fragile, souffre souvent de plusieurs pathologies et bénéficie de traitement plus divers et complexe.

Les pathologies chroniques sont de plus en plus nombreuses. Elles sont diagnostiquées plus précocement et traitées plus longtemps, mais aussi plus difficilement plus la durée de la maladie s’allonge.

La maladie n’est plus cet événement brutal et sidérant qui devait être combattu dans l’urgence, mais un fait très souvent subaigu dont le traitement consiste à en limiter les conséquences à plus ou moins long terme.

Des évolutions à moyen terme

La recherche d’économie est une tendance forte tant les dynamiques d’accroissement des coûts sont structurelles. La variable d’ajustement du prix des médicaments restera un moyen majeur de limitation des coûts et de rétribution de l’innovation, mais ne peut pas être considérée comme inépuisable. La recherche d’efficience des actes de soins est et sera le deuxième pan de la limitation des coûts. Elle trouvera des gisements d’économies dans : — l’accroissement du nombre d’actes en ambulatoire, l’hôpital devenant un plateau technique de plus en plus performant et la ville le lieu de gestion des actes de posthospitalisation ; et/ou — l’autonomisation des patients et la limitation des risques iatrogènes chez les personnes âgées.

Des axes stratégiques pour l’officine

L’officine bénéficie de la simplicité et de la fréquence de ses contacts avec les patients chroniques. Dans la recherche d’efficience du système de santé, elle devient une source indispensable de sécurisation et d’information. Sa capacité potentielle de transfert, de récupération, d’analyse et de validation des informations patients est une richesse pour un système en attente de fluidité et de pertinence. La multiplicité des contacts avec les patients crée les opportunités d’un accompagnement et d’un suivi de nature à installer une relation de confiance efficace pour améliorer l’adhésion au traitement médicament ou non.

L’innovation thérapeutique et le transfert des soins hospitaliers vers les acteurs de ville nécessitent un suivi personnalisé des patients fondé sur une amélioration des compétences officinales aussi bien techniques que comportementales.

L’officine de demain basera sa pérennité économique sur sa capacité à fidéliser par un suivi et un accompagnement personnalisé les patients chroniques de sa clientèle. Les équipes officinales seront dans l’obligation de se spécialiser et de démontrer des compétences pratiques et spécifiques d’accompagnement des traitements innovants.

Next Post Previous Post

Your email address will not be published.

La-lettre-du-CVAO-octobre-1
Le CVAO vous propose sa lettre d'information gratuite.

JE M'INSCRIS
recommandations
Le CVAO est une association dont les recommandations sont à la disposition des seuls acteurs de soins et des étudiants des professions de santé.

DEMANDER UN ACCÈS
WE-WANT-YOU
Le CVAO a besoin des expériences de tous les acteurs de soins.

ADHÉRER AU CVAO